Une famille spirituelle

IMG_2355.jpg
Une famille spirituelle 

Le mot "spiritualité" peut signifier beaucoup de chose dans le langage populaire.  Au niveau chrétien, une spiritualité est une couleur donnée par un ou des fondateurs de communauté; un accent, une option privilégiée pour réaliser notre vocation du baptême et notre mission.  Par exemple, les Franciscains optent pour vivre, entre autre chose, la pauvreté; les Dominicains pour la prédication de l'Évangile etc. En ce qui concerne la famille marianiste, les fondateurs ont su partager cette couleur de façon à ce qu'elle soit vécue dans différents états de vie.

En continuant votre lecture, vous découvrirez:

  • Un portrait de la famille marianiste avec ses 4 branches

  • Une explication de notre logo

  • Sa spiritualité et le don qu'elle apporte à l'Église

  • Ses couleurs ou charisme à partager

  • Les bienheureux fondateurs

  • Des suggestions pour aller plus loin

 
Notre "CROIX MARIANISTE"

Elle est constituée d'une CROIX et d'un "M" arrondi. Le "M" signifie à la fois le MONDE et MARIE.  La Famille marianiste se veut présente au coeur du monde en alliance avec Marie.

 

La Vierge immaculée enveloppe le monde de son manteau virginal pour le protéger comme une maman et aussi pour continuer de donner son Fils au monde. La Famille marianiste offre ses humbles services à Marie pour l'assister dans sa mission.

 

La Famille incarne, au coeur du monde, le Christ mort et ressuscité debout, vivant et agissant.

 
Notre spiritualité et notre don au monde et à l'Église

 

​Notre spiritualité est un ensemble de principes, de directives et de méthodes pour développer nos attitudes, nos dispositions intérieures dans le but de "revêtir l'Homme nouveau" c'est-à-dire de devenir conforme à Jésus-Christ Fils de Dieu, devenu Fils de Marie. Voilà notre vocation baptismale: ressembler à Jésus et vivre en véritables fils et filles du Père pour le connaître, l'aimer, le chérir, le servir.

La "vision" que reçut le Père Chaminade au pied de la Vierge du Pilier en Espagne comportait trois éléments importants pour sa mission:

  1. Il devait mettre son oeuvre sous la protection de Marie.

  2. Il fonderait des associations soutenues par un ordre religieux.

  3. Il devait atteindre toutes les couches de la société. 

Le Père Chaminade savait, tout comme Mère Adèle, que la jeunesse est pleine d'espérance et qu'il vaut mieux investir sur elle quand une autre génération a perdu la foi.  Priorité aux jeunes et aux pauvres, voilà comment ils ont commencé.

Nos fondateurs ont su innover et proposer des méthodes nouvelles pour des besoins nouveaux.  Ils voulaient faire des chrétiens forts dans la foi, capables de connaître les richesses de leur religion, zélés pour le Seigneur et des disciples toujours en mission dans leur propre milieu.

 
Nos couleurs ou charisme

​Pour les fondateurs, il était essentiel que les membres de la Congrégation soit des gens de foi.  Ils visaient cependant une foi qu'ils appelaient la FOI DU COEUR. C'est une foi qui est intégrée, qui est nourrie et qui porte du fruit dans le monde.  

 

Pour cela, la vie communautaire est fondamentale; c'est donc un aspect très important du charisme marianiste.  Nous cherchons à vivre notre foi en petites communautés comme les premiers chrétiens mais sans nécessairement vivre sous le même toit. C'est l'aspect de la FAMILLE que nous cherchons à vivre et nous voulons multiplier les petits groupes de chrétiens afin qu'ils cheminent spirituellement.

 

Mais dans la famille marianiste, nous héritons de l'esprit de MARIE  Notre façon de nous mettre à son école et de l'assister dans sa mission fait que nous avons pris comme devise: "Faites tout ce qu'il vous dira" (Jn 2,5).  Notre dévotion mariale nous amène à devenir des auxiliaires de Marie, autrement dit, nous travaillons avec elle et pour elle.  Nous voulons faire connaître son divin Fils et, avec elle, continuer de le mettre au monde. 

 

Cela nous amène à devenir MISSIONNAIRE là où nous nous trouvons. La Bonne Nouvelle n'est pas faite pour être gardée mais pour être propagée.  Il y a mille façons de vivre la mission et c'est le Saint-Esprit qui nous pousse et nous guide dans notre vie de tous les jours.

 

Bien sûr, vivre tout cela n'est pas réservé seulement aux marianistes mais à tous les chrétiens. Cependant, notre spiritualité est nourrie et abreuvée par les riches enseignements et la vie de nos fondateurs et cela est une richesse pour l'Église et le monde.

 
 
Nos deux bienheureux fondateurs

Le Bienheureux Guillaume-Joseph Chaminade a été béatifié en l'an 2000, providentiellement la même année que la fondation du Centre marianiste.

Né à Périgueux en France, en 1761, il fit ses études à Mussidan et devint prêtre. Mais la révolution française vint chambouler sa vie d'enseignant. Et, comme tous les prêtres qui ne prêtaient pas allégeance à la Constitution Civile du Clergé, il dut se cacher pour continuer sa mission auprès des catholiques de Bordeaux.  Mais quand ce fut rendu trop dangereux, il s'exila en Espagne durant 3 ans. C'est là qu'il eut l'inspiration divine pour l'oeuvre qu'il entreprit dès son retour en tant que missionnaire apostolique.

La première chose qu'il fit, fut de réunir quelques jeunes gens et de leur parler de sa vision pour "rechristianiser" Bordeaux, la France et le monde ...  C'est ainsi qu'il fonda, en 1801, la Congrégation de Bordeaux sous la bannière de Marie la Vierge Immaculée. Son objectif était de présenter au monde un "spectacle" de saints.  De douze jeunes, il passa à plus de 100 personnes en une seule année et il rassembla des gens de toutes conditions et de tous âges.

Par la suite, la Congrégation essaima dans d'autres villes.

Pour en savoir plus sur le père Chaminade.

La Bienheureuse Mère Adèle quant à elle, fut béatifiée en 2018.  Née Adélaïde de Batz de Trenquelléon, elle aussi vécut durant la révolution française.  La Providence fit qu'elle eut pour directeur spirituel le père Chaminade.  Ainsi, le projet, que Dieu avait mis dans son coeur de fonder une communauté de soeurs,  put se concrétiser en 1816. La jeune Adèle, très enthousiaste et rassembleuse, fut à même de fonder les Filles de Marie Immaculée (FMI) grâce à l'aide du bon père qui l'aida à rédiger la règle de vie de la nouvelle communauté.

Deux ans plus tard, en 1818, en se basant sur cette règle, le père Chaminade fonda la Société de Marie (SM) une branche masculine consacrée au soutien de la Congrégation qui ne cessait de prospérer. Aux voeux traditionnels de religion, il avait ajouté ceux de zèle pour le salut des âmes et d'instruction de la doctrine chrétienne.

Mère Adèle et père Chaminade se préoccuperont aussi de l'apostolat des campagnes et pour cela ils mettront sur pied un Tiers-Ordre et de nombreuses fondations.​

Pour en savoir plus sur Mère Adèle.

Une autre figure marianiste qui nous tient à coeur est Marie Thérèse Charlotte de Lamourous.  Elle aussi a eu comme directeur spirituel le père Chaminade. Cette femme jugée trop enjouée, trop active et trop entreprenante ne fut pas admise au Carmel comme elle l'aurait souhaité. Tout en ayant une vie spirituelle intense, elle aidera les pauvres, évangélisera les enfants et durant la Révolution, elle portera aussi secours à de nombreux prêtres qui sont sur une liste noire et risquent la guillotine ! 

En 1795, une demande lui parvient de prendre la direction d'une maison pour les prostituées repenties de Bordeaux.  Cette oeuvre s'appellera la Miséricorde. Marie-Thérèse Charlotte, ne compte pas son temps et ses efforts: elle trouve du travail à ses filles, elle s'occupe de leur vie spirituelle, elle les aime malgré tous les préjugés dont ses filles font l'objet.  Parallèlement à cette oeuvre, elle participe à la naissance de la Congrégation des jeunes filles et à la fondation des Filles de Marie avec Adèle et Chaminade.

Les branches de la famille spirituelle

La branche des religieux  SM

 

  • La Société de Marie est répandue dans plusieurs pays du monde. Les membres sont des religieux soit prêtres, soit laïcs.

  • Ils sont présents dans différents domaines que ce soit dans l'éducation (écoles, collèges, universités) ou encore en paroisse.

  • C'est une communauté de communautés résolument missionnaire et ouverte sur le monde.

  • Plusieurs religieux du Québec ont passé leur vie dans les missions d'Afrique, d'Haïti, des Indes ... et ont une riche expérience auprès de la jeunesse d'ici et d'ailleurs.

La branche des religieuses  FMI

 

  • Présentes dans plusieurs pays, les Filles de Marie Immaculée constituent la communauté féminine marianiste.

  • Bien que les soeurs marianistes ne soient pas présentes au Canada, leur vie et leur témoignage dans le monde reste indispensables. Elles partagent le même charisme dans leur état de vie propre.

  • Elles viennent de vivre, en 2018, la béatification de leur fondatrice, Mère Adèle.  Cela ravive la foi et la joie de croire de toute la famille marianiste.

La branche des laïques   CLM
  • CLM veut dire Communautés Laïques Marianistes.

  • Ces communautés de foi et de vie ont été reconnues officiellement par décret canonique en 2000 comme association privée de fidèles.  Elles ont des statuts propres et une organisation internationale indépendante dont les rencontres se vivent à tous les 4 ans.

  • Les CLM sont présentes dans plusieurs pays du monde et sont essentiellement des communautés missionnaires.

  • Au Canada, il y a des CLM au Manitoba et au Québec.

  • Dans les différents pays du monde où elles sont présentes, ces communautés oeuvrent de plusieurs façons: prendre en charge une paroisse, une école, un hôpital, un Centre d'éducation de la foi, une aumônerie ou s'engager auprès des malades, des pauvres, des prisonniers etc.

  • Les membres des CLM se rencontrent pour être à l'écoute de la Parole de Dieu, pour prier, fraterniser, grandir dans la foi, se former pour la mission et se soutenir mutuellement.

 

La branche des consacrées            AM
  • L'Alliance mariale (AM) est constituée de femmes consacrées qui ne vivent pas dans une communauté; c'est ce qu'on appelle un institut séculier. Ces femmes font des voeux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance tout en vivant la spiritualité marianiste et en mettant leur charisme au service de leur entourage.

  • Elles sont présentes dans plusieurs pays dont ici au Canada.

  • Le 4 juillet, l'Alliance mariale a reçu sa reconnaissance canonique définitive; c'est une grande joie pour toute la Famille marianiste.

 
 
Des suggestions pour aller plus loin...
  • En passant au Centre marianiste, vous trouverez une généreuse bibliothèque marianiste:  nous avons les écrits du Père Chaminade, des biographies, livres de spiritualité marianiste, bandes dessinées etc.

  • Plusieurs DVD sur la Famille marianiste sont aussi disponibles.

Pour information:


Centre marianiste d'éducation de la foi

1525 Chemin du Bord-de-l'Eau

Saint-Henri, G0R 3E0

418-882-0002

Vous pouvez avoir de l'information par courriel.